Xennials, Génération X, Génération Y, des néologismes qui ont un fondement sociologique mais sont surtout utilisés dans le domaine du Marketing, un des piliers du système consumériste mondialisé et institutionnalisé.

Pour faire court la génération X décrit l’ensemble des individus nés entre 1961 et 1981. La génération intercalée entre les boomers et la génération Y (1980 – 2000). Enfin, le terme Xennials distingue une micro-génération entre 1975 – 1985. Une génération avec une enfance en mode analogique et une vie d’adulte en mode numérique. Ils ont grandi sans téléphones portables ni réseaux sociaux, mais ils les ont massivement investis à l’âge adulte.
Que l’on soit X, Y ou Xennial, nous sommes tous concernés par les futurs apocalyptiques qui nous sont annoncés à court terme de part et d’autres (guerres civiles, effondrement, crises climatiques, crises financières…).

Les plus âgés des X arrivent à 60 ans, les premiers à avoir connu le chômage de masse. Les derniers Y arrivent quant à eux sur le marché de l’emploi, les premiers à connaître l’auto entreprenariat de masse en complément du chômage de masse.
Il n’y a pas de secret, le système que nous laisse les boomers est totalement vicié et s’aggrave. Il ne s’agit pas de leur faire des reproches au niveau individuel mais force est de constater que, collectivement, ils ont merdé.
Nous vivons dans une ploutocratie institutionnalisée qui se maintient sous perfusion et à crédit sur le dos des générations futures. Ça ne tiendra pas longtemps même si ça peut empirer encore sans sursaut collectif.

Il est indispensable de revoir la démocratie, l’économie et orienter l’usage des technologies pour un monde soutenable. Il y a dix milles orientations possibles mais maintenir le système en l’état sur le dos de nos enfants comme nous le propose le progressisme serait une faute collective. Une faute que les générations X et Y paieront de leur vivant contrairement aux boomers qui peuvent, encore, espérer passer entre les gouttes.

Nous n’avons jamais étés connectés entre nous comme aujourd’hui. Avant de renverser la table, nous pourrions nous mettre d’accord sur un dressage idéal de la prochaine tablée en utilisant les nouveaux outils à notre disposition pour nous concerter. Sans s’accorder collectivement sur un horizon à atteindre, il est fort probable que toute révolution engendre des régimes autoritaires entre fachisme et surveillance généralisée à la sauce Chinoise.

Boomers volontaires, Générations X et Y, il est plus que temps d’accorder nos violons pour changer nos organisations collectives, urgent de dépasser nos différences pour espérer impacter le cours des choses.

#Abondance #BlockChainisme #UtopieOuDystopie

Je laisse le mot de la fin à IAM, les rappeurs de la génération X qui nous ont tous fait danser avec leur Mia dans les années 90.
Ci-dessous « la fin de leur monde« , un titre méconnu mais emblématique, un état des lieux critique du village mondial.